Avoir un Professeur…

Résultat de recherche d'images pour "tortue géniale"

Dernièrement, je me disais que de suivre des cours, d’être accompagné et corrigé est vraiment une expérience géniale. Cette réflexion peut sembler complètement logique pour de nombreux pratiquants, mais pour les gradés, aujourd’hui professeurs de leurs écoles, les choses sont différentes.

Je prends mon cas, j’ai eu des cours de Jiu-jitsu avec des professeurs au quotidien, jusqu’à ma bleue. Pour le reste, c’était à base de séminaires, de rencontres, de cours dans différentes académies et des compétitions. À l’époque, on n’avait pas tout en digital et sur YouTube. La chance a été d’avoir été chez Alliance et donc de pouvoir venir faire des stages où le professeur s’il estimait que j’étais au niveau, pouvait me remettre mon grade. L’autre bon côté, c’est que j’avais Flavio en Luta Livre qui même si à l’époque, était un peu grincheux vis-à-vis du kimono, me permettait d’avancer grâce à sa finesse technique.

Ce qui explique pourquoi j’ai un Jiu-Jitsu avec peu de grips et que je ne suis pas naturellement un adepte des lassos, lapels et compagnie. En allant chez Carpe Diem cette semaine à Londres, j’ai observé à quel point c’est agréable d’être élève, de voir un professeur qui corrige, propose, vérifie. Pour beaucoup de ceintures noires, aujourd’hui, notre évolution se fait avec des entraînements avec des amis et principalement avec de l’auto correction. Les stages et le net peuvent également apporter des plus. Seulement, il manque cette sensation d’être suivi. Vous savez ce moment où votre professeur passe et que vous pouvez lui poser toutes les questions, ou quand il donne des remarques plus générales sur notre jeu, avec des idées pour le faire avancer.

Nous savons tous que ceinture noire, même s’il nous faut une décennie pour l’obtenir, n’est qu’un départ. Pourtant, je pense qu’on peut aussi le vivre comme une fin, particulièrement quand on fonde son académie. C’est un peu le passage à l’âge adulte, la fin d’une ère d’attention, de partages, de remises en question au travers de ton mentor.

Il y a de fortes chances que dans les années à venir, nous ayons de nombreuses académies avec des gars qui sont là de la blanche à la noire 2° voire 3° comme nous pouvons le voir au Brésil et aux USA. J’ai la sensation que cela apportera beaucoup autant d’un point de vue technique, relationnel que sur l’ambiance et l’énergie du dojo.

Et vous, comment vivez vous cette absence de professeurs, de référents et de remise en question par un Mestre que vous respectez ?

Be One
Pank

Publicités

Votre Jiujitsu : Compétition, Combat, Self ?

vice-royce333

En discutant à l’académie tout à l’heure, nous débattions sur le Judo et ce que cette sublime discipline était devenue sur le plan sportif. Elle a perdu de nombreux aspects techniques et la logique sportive guide la majeure partie des dojos dans le monde.

En Jiujitsu comme tous les systèmes de combat devenus, sports de combat, le ‘règlement’ oriente le modèle type d’entraînement. A mon académie, je pars du principe qu’on peut tout faire. Si on fait de la préhension, les clefs de chevilles les clefs de cervicales, les twister etc, je les autorise en combats. Premièrement, parce que si nous les faisons pas, nous ne pouvons pas nous défendre. Deuxièmement, parce que si c’est ‘efficace’ (à définir : efficace où, dans quel contexte) pourquoi ne pas l’apprendre ? Troisièmement, pourquoi se limiter à une facette compétition ?

Je vois le JiuJitsu et la Luta Livre comme des systèmes qui cherchent l’efficacité, logiquement dans un combat inter-style. Nos disciplines, du côté brésilien, se sont développées dans un modèle ‘agressif’. Aller défier les autres styles, dans des combats sans règles (ou minimum). En cela, j’aime l’esprit de mes systèmes de combat comme je suis addict au MMA.

Certains Mestres, estiment que nous perdons de vue l’origine de nos styles et notamment la notion défense personnelle. On voit donc éclore des écoles full self defense. Il est utile de savoir ce qu’on veut enseigner ou ce qu’on veut apprendre. Aujourd’hui, la valeur sportive est indéniable et nous avons des générations qui vivent le JiuJitsu et la Luta comme un sport.

Ce n’est pas la vision qui me fait rêver, le JiuJitsu sportif ayant peu de bons résultats dans un cadre plus ouvert comme le mma. Si vous en doutez, je vous invite à aller tester vos capacités dans les règles standards de combats libres avec frappes au sol …
Je formerais donc des ‘combattants de Jiujitsu’ plutôt que des Jiujitsukas sportifs. Moi même, je suis limité dans mes performances sportives et souvent ma stratégie, ma connaissance des règles etc seront très limitées vis à vis d’un pratiquant qui ne bosse que dans les règles Jiujitsu.

Nous n’en sommes pas au Judo, qui retirent de plus en plus de techniques. Néanmoins, même si c’est ‘moins techniques’ : les clefs de pieds, les heel hook et autres contrôles avec les jambes complètement croisés, il est dommageable qu’on ne les bosse pas parce que c’est efficace, dans une situation hors compétitions (dojo, interstyles, voire rue). On rejoint la réflexion sur le combat debout, en compétition, on peut s’asseoir donc pas besoin d’étudier les projections et amenées au sol…

Quelle orientation avez vous avec votre Jiujitsu / Luta Livre /Grappling ? Est ce que vous compter les points, avantages ? Interdisez vous des clefs et positions ? Quelle influence du règlement compétition ? Quelle influence du combat interstyle ? Quelle influence de la self ?

Prenez plaisir
Be One
Pank

Le Jiujitsu n’est qu’un sport… pas un life style pour 95% des pratiquants

tashkent.jpg

C’est passionnant de lire ou regarder des vidéos sur le Jiujitsu, c’est encore plus utile de lire les commentaires. Nous aimons à catégoriser nos façons de percevoir cette discipline et surtout ses pratiquants.

Notre communauté adore l’idée du style de vie en version Jiujitsu. Existe-t-il réellement en dehors des tatamis ? Si tel était le cas, ne devrions nous pas lire/voir des réactions plus subtiles, plus fines (Jiu/Souplesse) ? Un mode de vie influence autant le corps que l’esprit, est ce que vous avez l’impression de mettre les mêmes stratégies dans vos vies qu’à l’académie ?

Nous avons naturellement un besoin de nous rassembler, nous le savons au travers de la psychologie sociale, qu’il est nécessaire de se sentir intégré à un groupe : une famille, un gang, une team, un style, un peuple, une ethnie, un sport… Une fois accepté, nous pouvons prendre les codes et revendiquer son appartenance, mais jusqu’à quel point ? Et pour aller plus loin, pour quelles compensations ?

Je m’amuse de l’idée que le Jiujitsu est une famille. Rappelons que la majeure partie des familles sont dissonantes, d’autant plus quand il y a des éléments nouveaux qui ‘entrent’ dans le clan. Et c’est naturel, nous devons apprendre à connaître un autre processus comportemental et cognitif. C’est d’ailleurs pour cette raison que le cadre : salut, uniforme et autres codes sont imposés. Notre ‘famille’ est super tendue voire irrespectueuse, il suffit de regarder les points vue parfois ‘insultants’ d’un BJJ Self Defense vs Sport, des techniques nouvelle école vs ancienne école… Je ne vous parle même pas des guerres intestines comme celle d’Alliance qui nous a offert, Brasa, Checkmat etc. C’est donc ce type de lifestyle que l’on souhaite inculquer aux nouveaux venus dans le milieu ?

Le Jiujitsu n’est qu’un sport pour la plupart des pratiquants. Les plus life style sont souvent des ados et jeunes adultes qui pour beaucoup ne travaillent pas à plein temps et passent leur vie à l’académie. C’est parmi eux que se trouvent, les plus « vendeurs du style de vie ». Nous en avons vu un gros paquet disparaître dès leur premier emploi et relation stables.

En France et il me semble dans la plupart des pays Européens, il n’y a que très peu de personnes qui axent leur vie autour de cette discipline. Pourquoi ? Simplement parce qu’il n’y a que peu de moyen pour vivre de Jiujitsu à plein temps.

L’industrie (?!?) BJJ a réussi à nous faire croire que le lifestyle Jiujitsu c’est porter des Havainas, boire des Açai, être accro aux kimonos et faire des Hangloose. Ça ne vous semble pas être plus un ‘geekage’ voire une passion, plutôt qu’un cheminement physique et mental pour vivre mieux (agir et réagir) dans notre quotidien ?

Notre discipline est addictive, on aime aller sur les tatamis, la communauté est ouverte et nous pouvons partager partout dans le monde. Ce n’est pas vraiment différent de beaucoup d’autres styles de combat, comme la lutte, le sambo, le karaté etc.

Pourquoi ne pas simplement considérer le BJJ comme un sport comme un autre qui pour 95% des pratiquants représentent 2h par jour ( et encore si ce n’est pas 6h par semaine.)? Que c’est un sport intense parfois obsédant mais cela se termine à la sortie de l’académie. Et porter des tshirts et un sac Shoyoroll n’influencent pas notre état d’esprit, ne nous donnent pas nécessairement une discipline (la même que l’on met sur le tatami),ni la souplesse d’esprit (comme celle de nos techniques) dans nos quotidien.

Restons passionnés, partageons, prenons plaisir et gardons en tête que nous faisons cette activité physique pour des objectifs qui nous sont personnels et qu’à moins d’avoir centré toute notre vie autour de cela, le BJJ ne reste qu’un sport … un passe temps.

Be One

Osu

Pank

Le Jiujitsu / Luta Livre Collaboratif

Nous sommes dans une période où le collaboratif est partout, pour les transports, les logements ou les compétences.
Dans mon académie, l’Asile, depuis plus de deux ans, je mets en place un « enseignement collaboratif ».
Je suis dans une démarche où celui qui a un cours de plus, peut toujours enseigné ou au moins partager ce qu’il a compris.

Les arts martiaux ont une notion pyramidale, l’IBJJF l’ a bien compris avec la pression qu’ils mettent pour ‘valider’ les gradés, pour qu’ils puissent être « reconnus ».
Je suis issu des arts traditionnels japonais et le concept Senseï/Senpaï/ Kohaï fait parti de la culture nippone. En France et de façon générale dans l’ensemble des pays qui ont développé ces Budo, nous avons gardé ce système. Nous retrouvons cette dynamique dans les arts martiaux brésiliens que nous affectionnons. Cela a du positif et ouvre parfois des débats intéressants ( peut on inviter un plus gradé ? Les ceintures noires doivent elles combattre à chaque cours etc …).

Je trouve néanmoins que nous avons l’occasion de faire évoluer nos pratiques où en tout cas repenser nos façons de faire.
Pour diminuer le système pyramidale, c’est à dire ne prendre que les informations des gradés et attendre le cours des ceintures supérieures, je me suis mis à donner plus d’autonomie aux pratiquants. Les faire driller, leurs permettre de se trouver quelques techniques, environ trois ou quatre, et les répéter minimum mille fois . Cela donne un premier niveau de ‘compréhension et maîtrise’ qui pourra être facilement partagé avec les nouveaux qui pousseront les portes de l’académie, qu’un gradé soit présent ou pas.

De plus laisser les élèves plus anciens prendre les néophytes en main permet une remise en question de leur propre structuration technique.
Cette compétence qui passe par une transmission de ses compétences permet une ouverture de chaque pratiquant à son partenaire, du respect et de la considération dans l’attention qu’il lui est porté.
J’ai un gradé, Eric, qui est marron et qui me met à l’amende autant techniquement qu’en combat, c’est un plaisir de le voir partager son savoir titanesque aux apprenants. Mes gars qui commencent leur deuxième saison sont déjà autonomes et dans une vraie réflexion entre leurs répétitions.

Cela offre au professeur la possibilité de corriger des éléments de plus en plus précis et d’adapter en fonction des morphologies de chacun. C’est un moyen de donner une plus grande maturité martiale à chacun et cela évite le côté ultra infantilisant des systèmes hiérarchiques dans lequel ‘Papa-Mestre’ a dit et donc il a raison. Quand on sait que depuis les basiques nous avons une multitude façon de faire, cela devrait ne pas être LA chose à suivre.

Le collaboratif est une démarche d’individuation et de responsabilisation des pratiquants, qui dans un espace de liberté et de respect peuvent évoluer autant dans l’aspect physique et technique, que dans une démarche cognitive positive. Il y a encore de nombreuses choses à revoir et améliorer, cela restera mon objectif sur les années à venir pour créer un système basé sur le plus plutôt que sur le un.

Be One

Pank

Wim Hof Method pour le BJJ et Luta Livre

IMG_20170701_141356

Vous avez peut être déjà entendu parler de cette méthode de respiration qui buzze depuis quelques années grâce aux performances sur-humaine de son fondateur : Wim Hof. Ce néerlandais nage dans l’antarctique, monte le Kilimandjaro en short, bref ressemble d’avantage à un Marvel qu’à un être humain classique.

A mon académie, j’ai la chance d’avoir le seul Instructeur français actuellement formé à cette méthode, Sébastien Payet . Il pratique également l’hypnose et cherche à développer la préparation mentale des athlètes et plus spécifiquement des artistes martiaux. Il a accepté de faire un séminaire de quelques heures à l’académie pour mes gars.

Le système Hof s’axe sur trois éléments clefs : l’exposition au froid, l’engagement et la respiration. Dans un dojo, il n’est pas possible de travailler sur le froid, par contre les deux autres clefs peuvent facilement d’être pratiqués.

Les respirations sont assez simples à mettre en place et permettent possiblement plusieurs effets : une relaxation, une meilleure récupération, une écoute du corps ou une capacité à changer son état d’esprit. Pour nous et plus particulièrement les compétiteurs, n’aimeriez vous pas passer d’un état de calme à un beast mode ? Ou inversement gérer le stress en vous dirigeant en zen mode ?

Cette méthode permet de mettre en place des ancrages, c’est à dire des déclencheurs, qui permettent de changer les états physiques et émotionnels. Les gars ont vécu des sensations nouvelles, des picotements, des profondes détentes, des mouvements puissants du corps. Un retour vers un monde plus instinctif, plus primitif. De plus, vous trouverez des bénéfices importants sur votre santé.

Je vous invite à découvrir cette méthode soit avec la formation en ligne (en anglais) : https://www.wimhofmethod.com/ soit en invitant Sébastien : https://www.wimhofmethod.com/instructor/sebastienpayet ou https://www.oserrevergrand.fr/ pour qu’il vous fasse un séminaire.

Pour ceux qui sont intéressés, à la l’Asile (Au Fushan Kwoon, à Vanves 92), il repassera en Octobre. Faites le moi savoir.

Osu et respirez votre vie.

Pank

Les Championnats de France de Jiujitsu CFJJB

carpentier

Tous les ans, nous attendons ce moment avec plaisir et impatience. C’est une date que nous préparons pour aller nous opposer aux meilleurs combattants de l’hexagone. Cette année, j’ai été surpris par le fait que ces ‘France’ soient si tôt dans la saison.

Néanmoins, j’ai appris que les dates ne conviennent jamais, donc autant les poser et chacun s’adapte. Pour ce cru, nous avions rendez vous à la Halle Carpentier sur Paris. C’est un gymnase mythique sur la capitale et la CFJJB (http://www.cfjjb.com/), nous a offert une organisation formidable.

D’abord 8 aires de combat, qui n’ont pas désemplies pendant deux jours. La confédération a fait venir une énorme équipe pour l’arbitrage, les tables et les vérifications. Les gars ont été au top, les plannings étaient suivis, bref largement au niveau IBJJF, voire au dessus.

Un point qui, pour moi, était particulièrement bien pensé, comme à l’international pour les Opens, les ceintures noires sont passées le matin. Cette saison, nous avions comme les années passées, des ostéopathes à disposition ainsi qu’un stand d’un équipementier (Moskova) et d’Açai. Ces dernières éditions, je trouvais que ça manquait, j’aimais bien ce que proposait Vale Tudo ou la marque espagnole dont le nom m’échappe.

Il y a un point qui, je pense, devrait être vu pour l’an prochain, la tenue en Nogi. C’est vrai qu’il y a quelques années, je trouvais que l’IBJJF (http://ibjjf.com/) abusait à nous imposer une tenue par grade. Je pensais comme beaucoup que c’était pour du business. Seulement, dans la pratique, c’est vraiment quelque chose qui donne un cachet et du sérieux aux compétitions. Dimanche, les tenues étaient non réglementaires, des blanches combattaient avec des rash noirs, des violettes avec d’autres couleurs, bref je ne captais rien et je ne savais pas ce que j’étais en train de regarder.

On en parlais avec Kenji ( Que je felicite pour ses titres de Champion de France) en post compétition, il serait bien que dès les sélections régionales, la CFJJB impose la tenue réglementaire. La veille, le staff nous avait envoyé un mail pour dire qu’il fallait éviter les tenues extravagantes, mais peut être auraient ils dû être plus précis. Je ne doute pas que ça se fera bientôt.

Concernant les combats, quel niveau !!! La France progresse à tous les grades et bravo à tous pour votre investissement pour nos disciplines. Je suis également content que les gradés marrons et noires soient de plus en plus nombreux à combattre en adulte et également en Master. Cette catégorie qui était un peu boycotté, parfois à cause de l’image de ‘vieux’ et de ‘faibles niveaux’ des Masters vs Adultes. Comme on sait que la nouvelle génération de ceintures noires compétition est en route, cela va offrir dans les années à venir de belles catégories en Faixa Preta autant chez les ‘jeunes’ que les ‘anciens’.

L’équipe d’arbitrage, elle aussi fait un boulot de plus en plus précis. On sait que rien n’est jamais parfait néanmoins le système mis en place par la confédération semble porter ses fruits. En échangeant avec les arbitres et notamment Vincent Nguyen, faire un stage annuel avec un haut représentant du corps arbitral pourrait être un plus. Le travail fournit par les arbitres nationaux la veille des compétition est excellent, seulement les dernières mises à jour et surtout l’expérience des tapis IBJJF peut apporter de nombreux éléments à prendre en compte. Nous avons en France, la chance d’avoir un Mestre et arbitre reconnu à l’international avec Paulo Sergio, il y aura surement des choses à faire. J’en profite pour poser une question : seriez vous prêt à payer 20-30 euros pour un stage d’arbitrage avec un haut représentant ? Nous savons que toute prestation d’un staff, si nous souhaitons un investissement réel, doit être rémunérée, mais vous, investiriez vous dans cette démarche d’apprentissage ?

En tout cas Merci à tous et toutes, de faire que notre passion puisse prendre cette forme, c’est autant grâce aux organisateurs, qu’aux staffs, que grâce aux compétiteurs qui s’investissent dans cette prise de risque. Pensons aussi aux médias comme le boulot de Jits. (http://jits.fr/)qui filme et partage les calendriers, des interviews, tout ça dans le plus grand professionnalisme.

A l’année prochaine pour les les France 2018.

Be One

Pank

 

La filiation de nos écoles, est ce vraiment important ?

lineage

Je lis régulièrement des articles sur l’importance de connaître notre filiation dans le BJJ comme dans la Luta Livre. Pas d’inquiétude, les arts asiatiques sont également dans le même état d’esprit. Savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va.

J’ai la chance d’avoir une ‘lignée’ sympa autant en Jiujitsu ( Alliance avec mon Senseï Orla Jr ) qu’en Luta Livre ( Brunocilla -FST avec mon Mestre Peroba). Pourtant, mes élèves qui viennent à l’académie pourrait être particulièrement déçus s’ils venaient pour suivre les enseignements d’un style ou d’une école. Même si mes professeurs m’ont apporté beaucoup et m’ont enseigné de nombreuses techniques et logiques martiales, je ne suis pas Flavio ou Orla. Pour ceux qui les connaissent, ils ont un niveau exceptionnel, ils ont une façon de combattre qui leur correspond.

Ma jambe fait 40% du poids de Flavio, même si j’adore sa façon de lutter, je ne suis pas lui et mes élèves n’auront qu’un filtre de ce que j’ai compris et adapté de son enseignement. Il y a des moments même où je me dis que je ne suis qu’un ‘mauvais’ élève quand je vois la façon dont je transmets ‘ma’ Luta Livre et ‘mon’ Jiujitsu. Beaucoup de leurs techniques ne correspondent pas à mon jeu, à mes sensations, même si je connais voire maîtrise certaines d’entre elles, j’ai dû les adapter, les transformer.

Au bout du compte, je ne retransmets pas le système technique de mes prédécesseurs. Et à votre avis, est-ce-que les ‘affiliés’ de chez Carlson Gracie n’ont ils pas développés un jeu en garde (voir les vidéos sur Youtube) alors que la philosophie, pendant des années, a été la pression du passeur.

Le Jiujitsu et la Luta Livre évoluent, Orla ne travaille plus comme quand il était en France et Flavio, ce génie, change sans cesse son jeu. Au niveau mondial, le BJJ d’Alliance version Gurgel, n’est pas celui de Marcelino et encore moins ceux de Malfacine ou Lepri.

Il y a un paradoxe entre l’histoire, la culture de son style/école et l‘évolution de la discipline ainsi que la personnalité du pratiquant/enseignant que nous sommes. Alors, même en restant le plus respectueux possible à nos professeurs, est ce que la filiation sera nécessairement gage de qualité ou d’un bon enseignement ? Je ne le pense pas, je n’ai pas les qualités de Flavio ni même celles d’Orla. J’ai ma façon de faire, ma vision des choses, certaines choses qui font ma spécificité (In Turtle I trust 😉

Et vous, comment voyez vous et vivez vous l’histoire de votre école ?

Prenez soin de vous.

Osu

Pank